Solidarité nationale : « Les  structures pour  handicapés  bientôt  ouvertes   aux investisseurs privés nationaux » souligne Eddalia

0
831
Photo Ania Ziani@L'Echo d'Algérie

 Les investisseurs privés nationaux seront  autorisés « dans un futur proche » à investir dans des structures pour  handicapés, a indiqué, hier à Tizi-Ouzou, la ministre de la Solidarité  nationale, de la Famille et de la Condition de la Femme, Ghania Eddalia.

S’exprimant à l’occasion du coup d’envoi de la rentrée scolaire pour les  élèves aux besoins spécifiques, la ministre a déclaré que « le décret  ministériel permettant aux investisseurs privés d’ouvrir des structures de  prise en charge des personnes aux besoins spécifiques sera prêt dans un  futur proche ». Celles-ci, a-t-elle souligné, « seront régies par un cahier des charges  approprié à leurs conditions » qui sera élaboré par son département et  « seront soumises à des inspections permanentes pour veiller au bon respect  de ses clauses », a-t-elle ajouté. Cette ouverture, a, en outre, précisé la ministre « ne constitue pas un  désengagement quelconque de l’Etat de ses responsabilités envers cette  catégorie, mais plutôt un appui du secteur privé aux efforts de l’Etat dans  le domaine de la solidarité envers cette catégorie », assurant que « l’Etat  continuera à prendre en charge les personnes aux besoins spécifiques issues  de milieux défavorisés ». Dans le même sillage, et à propos de la pension (4000 DA) allouée par  l’Etat aux personnes handicapées, la ministre, tout en affirmant que  celle-ci « ne peut satisfaire entièrement leurs (les handicapés) besoins » a  indiqué que « sa révision n’est pas à l’ordre du jour. La situation  financière du pays ne le permettant pas, mais ils peuvent toujours compter  sur les différents dispositifs mis en place par l’Etat pour leur prise en  charge ». Au cours de sa visite qui l’a conduite dans deux centres de prise en  charge de personnes aux besoins spécifiques, gérés par des associations,  dans la commune de Ouaguenoune (35 km au Nord de Tizi-Ouzou) et Ait  Oumallou (30km au Sud-est de Tizi-Ouzou), la ministre a fait état de  l’existence de « 61 associations à travers le territoire national qui gèrent  97 structures prenant en charge 7551 enfants, entièrement financées par le  ministère de la solidarité ». Affirmant que son département est disposé à maintenir son aide à ces  associations, elle a exhorté, à l’occasion, les encadreurs et responsables  de ces associations et structures à « être à l’écoute des besoins et  aptitudes des handicapés » et à « conjuguer et coordonner leurs efforts avec  les différents services de l’Etat », en exploitant les conventions signées  par son département avec les différents départements ministériels.

Akli M / Ag