Super Ligue: Un projet qui indigne l’Europe

0
221

Après l’arrêt Bosman, qui a aboli les quotas de joueurs de l’Union européenne en 1996 sur le Vieux continent, le football mondial s’apprête à connaître un nouveau chambardement à l’initiative de 12 clubs européens parmi les plus riches, dont l’avant-projet de créer une Super Ligue a provoqué une onde de choc planétaire.

Une véritable révolution qui relègue la Ligue des champions actuelle en deuxième division, voire aux oubliettes. Elle suscite néanmoins une indignation unanime, même au sein des 12 clubs fondateurs de la fameuse Super Ligue. «Le football européen plonge dans une guerre civile», ont titré, hier, de nombreux journaux anglais, alors que des acteurs du ballon rond ont condamné vivement cette initiative qui veut «spolier» le football. «Parler d’une Super Ligue, c’est s’éloigner de 70 ans du football européen. […] Les fans du monde entier adorent la compétition telle qu’elle est», a rappelé Sir Alex Ferguson, alors qu’en Espagne, la réaction a été aussi vive. «La Liga condamne fermement la proposition annoncée de créer une compétition européenne sécessionniste et élitiste, qui attaque les principes de compétitivité ouverte et de mérite sportif qui occupent la partie la plus profonde de l’écosystème du football national et européen», a publié la Liga dans un communiqué. En quoi consiste concrètement cet avant-projet que comptent imposer les 12 clubs riches parmi lesquels on trouve le Real, le Barça, Man Utd, Liverpool, Man City, Juventus, Milan AC, Inter Milan, ou encore Chelsea ? «Le projet réunira 20 clubs participants avec 15 clubs fondateurs et un mécanisme de qualification permettant à cinq autres équipes de se qualifier chaque année en fonction des résultats de la saison précédente», expliquent ses initiateurs, tout en précisant que «les équipes seront partagées en deux groupes de dix, disputant des matches à domicile et à l’extérieur, les trois premiers de chaque groupe se qualifient automatiquement pour les quarts de finale. Les équipes terminant quatrième et cinquième s’affronteront ensuite dans un barrage à deux pour les quarts de finale restants. La finale devrait se dérouler à la fin du mois de mai, en un seul match sur un terrain neutre». Les clubs participants continueront néanmoins à «concourir dans leurs ligues nationales respectives», puisque la Super Ligue se déroulera en principe en milieu de semaine. Evidemment, l’UEFA n’a pas du tout apprécié cette fronde et menace ces clubs de  représailles. Son président, Aleksander Cafarin, compte exclure ces équipes de toutes les compétitions organisées par son institution et celle de la Fifa. «Les joueurs qui joueront dans les équipes qui disputeront cette Super Ligue seront bannis de la Coupe du monde et de l’Euro. […] Il faut que les équipes soient exclues de toutes nos compétitions et les joueurs aussi le plus tôt possible», a-t-il écrit sur son compte Twitter. S’il venait à mettre à exécution ses menaces, tout le monde serait touché, y compris l’Algérie qui ne pourra plus bénéficier des services de Riyad Mahrez et d’Ismaël Bennacer. Mais la bataille ne fait que commencer, il y aura certainement de nouveaux rebondissements dans les jours à venir. Des négociations seront certainement lancées pour essayer de trouver un compromis. Il y va de l’intérêt de tous.

Ali Nezlioui