Talaïe El Houriet: Benflis appelle à saisir l’opportunité de la présidentielle pour une sortie  définitive de la crise

0
523
Ali Benflis candidat à la présidentielle du 12 décembre. Ph :Fateh Guidoum / PPAgency

 Le président du parti Talaïe El Houriet, Ali  Benflis a appelé à saisir « l’opportunité de la  présidentielle » du 12 décembre prochain pour une sortie définitive de la  crise que traverse le pays. Dans une allocution prononcée lors des travaux du Comité central du parti  consacrés à l’examen du dossier de l’élection présidentielle du 12 décembre  prochain, M. Benflis a appelé à « saisir l’opportunité de la prochaine  élection présidentielle pour une sortie définitive de la crise », soulignant  que ce scrutin constitue « la meilleure voie à même de concrétiser les  aspirations du peuple ».

Talaïe El Houriet a décidé de participer à la présidentielle pour « écarter  les menaces » induites par la crise et « éviter l’effondrement de l’Etat » en  vue de faire face aux défis politiques et socioéconomiques et « d’opérer  ainsi une rupture » avec les anciennes pratiques politiques, a-t-il soutenu. « La réunion des conditions nécessaires pour permettre au peuple d’élire,  souverainement et librement, son président de la République, est à même de  traduire fidèlement l’esprit des articles 7 et 8 de la Constitution  revendiqués par le peuple lors des marches pacifiques », a-t-il précisé,  ajoutant qu' »un éventuel échec pourrait précipiter le pays dans l’inconnu ». « La divergence autour du choix entre la présidentielle et une Assemblée  constituante n’est qu’une simple divergence autour de la classification des  priorités. Elle est n’est qu’une question d’agenda politique et d’approche  de sortie de la crise », a estimé le président de Talaïe El Houriet,  indiquant que « le changement du régime politique, la transition  démocratique et l’élaboration d’une nouvelle Constitution sont des  objectifs devenus désormais les dénominateurs communs à tous les  Algériens ».  M. Benflis a estimé nécessaire de « prendre les mesures à même d’inciter le  citoyen à adhérer et à participer au processus électoral en vue de lui  conférer une crédibilité », à travers « les mesures fixées lors de la réunion  de l’opposition à Ain Benian », auxquelles son parti demeure attaché.   « Le départ du gouvernement actuel et son remplacement par un gouvernement  de compétences nationales est une revendication jouissant du consensus,  permettant l’organisation d’élections régulières », a-t-il rappelé.  Lors d’une conférence de presse, M. Ali Benflis avait salué auparavant la  libération du militant politique, Karim Tabbou, affirmant que la décision  de la participation de son parti à l’élection du 12 décembre prochain sera  prise par le Comité central, en toute liberté et souveraineté, conformément  aux statuts du parti, et ne sera pas tributaire de la candidature d’une  telle personne ou d’une autre ».

« Une candidature de Tebboune « signifie un 5e mandat sous un autre nom »

Les présidentielles du 12 décembre sont désormais “dénaturées” et le “5e mandat” est sur le point de s’accomplir. Du moins, de l’avis Ali Benflis suite à la candidature d’Abdelmadjid Tebboune, ex-Premier ministre, ex-ministre de l’Habitat et du Commerce sous Bouteflika.Lors d’une conférence de presse animée ce jeudi 27 septembre 2019, le président du parti de Talaie El Hourriyat a estimé qu’une candidature de M. Tebboune, effective quelques quart-d’heure après sa déclaration, ne signifie rien d’autre qu’un “cinquième mandat sous un autre nom”.  Pour l’ex-chef du gouvernement, sous Bouteflika également, il s’agit d’une “dénaturation des prochaines élections présidentielles”. “Si Tebboune présente sa candidature aux élections, cela signifie qu’on est dans un cinquième mandat avec un nouveau nom … C’est une dénaturation des prochaines élections présidentielles”, a déclaré jeudi, Ali Benflis.

Malika O