Théâtre: Hommage à Azzedine Medjoubi, 26 ans après sa tragique disparition

0
161

Azzedine Medjoubi est né le 30 octobre 1945 à Skikda. En 1963, encouragé par le comédien de théâtre Ali Abdoun, il s’inscrit au conservatoire de Paris, puis tente une expérience avec la télévision. Tout au long de sa carrière d’artiste, Azzedine Medjoubi avait marqué les planches des théâtres algériens par sa présence et ses brillantes performances.

Sa contribution, en tant que comédien et metteur en scène, a vivement marqué la production théâtrale algérienne et a participé à son épanouissement et son développement. Le répertoire de grand Azzedine Medjoubi compte les œuvres de renom, à l’instar de  bab el foutouh, Galou el arab galou, hafila tassir, et âalem el-bâaouche qui avait obtenu un prix au festival international de Carthage (Tunisie) en 1994. Sur le grand écran, Azzedine Medjoubi est apparu dans les productions comme  journal d’un jeune travailleur, crime et châtiments, la grande tentative et el-tarfa. Le comédien avait également fait l’expérience de théâtre indépendant, avec le création de le troupe el-qalâa (le citadelle) en compagnie de Ziani Chérif, Sonia et Benguettaff. Le regretté est d’abord nommé directeur de théâtre régional de Batna, puis celui de théâtre régional de Béjaïa, avant d’être nommé, au cours de le même année, au poste de directeur de Théâtre national algérien (TNA). Le 13 février 1995, alors âgé de 49 ans, le grand et talentueux Azzedine Medjoubi est lâchement assassiné par un groupe terroriste devant le TNA. Les criminels avaient décidé de lui ôter la vie pour faire taire sa voix… mais à jamais, elle continuera à résonner sur les planches de théâtre, son éternel sanctuaire.

  1. Toumi