Tout en saluant le parachèvement du processus d’édification des institutions de l’Etat: Le Parlement dénonce tous les relais voulant entraver le processus démocratique en Algérie

0
390

Le Parlement algérien a tenu, hier, à dénoncer, par la voix des présidents de ses deux Chambres, en l’occurrence, le Conseil et la nation et l’APN, tous les relais intérieurs et extérieurs qui ont tenté d’entraver le processus démocratique en Algérie.

Saisissant l’opportunité d’une réunion consacrée au projet de la nouvelle chaîne parlementaire, le président du Conseil de la nation, Salah Goudjil, et le président de l’APN, Brahim Boughali, ont mis en avant l’importance de dans le renforcement de la pratique démocratique et l’information de l’opinion publique sur les missions de l’institution législative et le rôle des élus. M. Goudjil a précisé que la création d’une chaîne parlementaire a été décidée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, en vue de promouvoir la véritable pratique démocratique par le biais des représentants du peuple dans les deux chambres du Parlement. La création de cette chaîne parlementaire intervient «après le parachèvement du processus d’édification des institutions de l’Etat», a-t-il ajouté, estimant qu’elle contribuera à la promotion de la véritable pratique démocratique». M. Goudjil a, à cette occasion, réitéré sa condamnation de tous «les relais intérieurs et extérieurs qui ont tenté d’entraver le processus démocratique». Après avoir recommandé la mise en place d’un comité de pilotage pour la nouvelle chaîne, le président du Conseil de la nation a appelé à la conjugaison des efforts pour assurer son succès. De son côté, le président de l’APN a affirmé que la création de cette chaîne entrait dans le cadre de la mise en œuvre des engagements du Président Tebboune, soulignant qu’«elle vise à éclairer l’opinion publique et à consacrer une véritable culture démocratique». Cette nouvelle chaîne parlementaire vise également, a-t-il ajouté, à «informer l’opinion publique sur le travail et les missions de l’institution législative, notamment en matière de contrôle parlementaire et de diplomatie parlementaire» et à contribuer à «l’évaluation des performances des élus par le peuple». Après avoir rappelé que l’Algérie «dispose de compétences humaines considérables, notamment parmi les jeunes», M. Boughali a soutenu que cette chaîne «doit être un exemple en matière d’information avec des normes internationales». Pour sa part, le ministre de la Communication, Mohamed Bouslimani, a affirmé que la création de cette chaîne «revêt une grande importance», car, a-t-il dit, «elle s’inscrit dans le cadre du développement de la scène médiatique», et ce, «en application du programme du président de la République et de son 36e engagement». Il a souligné que cette chaîne «œuvrera à la consolidation de l’édifice institutionnel conformément à la Constitution de 2020 et de l’article 54 notamment». Pour rappel, la veille, le Bureau du Conseil de la nation avait dénoncé les discours «tendancieux et dévalorisants» qui tendent de «perturber» la démarche du président de la République. Il avait réfuté et dénoncé «tous les discours tendancieux et dévalorisants qui sont devenus l’apanage de ceux qui vouent une grande inimité envers ce pays et dénonce, par ailleurs, les visées des parties qui tendent de perturber la démarche entreprise par le président de la République, à porter atteinte à ses intérêts à chaque fois que notre pays franchit une étape vers l’édification de l’Algérie nouvelle».

Cette chaîne «œuvrera à la consolidation de l’édifice institutionnel conformément à la Constitution de 2020 et de l’article 54 notamment». Le Bureau du Conseil a également «condamné énergiquement les lectures erronées faites par certains du rapport rendu par la Banque mondiale dernièrement», estimant qu’il s’agit «de lectures dont les auteurs se sont faits complices des lobbies qui cultivent la haine envers l’Algérie». «Il s’agit d’une prise de risque dénuée de toute vision stratégique en sus d’être une lecture superficielle qui n’a sélectionné du rapport en question que ce qui cadre avec leurs basses machinations afin de noircir la situation et provoquer une pénurie qui n’existe, en fait, que dans leur imagination, de manière à provoquer une hausse effrénée des prix des produits de large consommation et semer le trouble au sein de la population», ajoute la même source, relevant que c’est «une lecture superficielle qui a occulté tous les aspects positifs évoqués par ce rapport et qui sont en contradiction avec ce qui a été rendu public précédemment par la même institution internationale ainsi que d’autres similaires». Pour le Bureau du Conseil de nation, «cela constitue une opportunité aux pseudo-politiciens et économistes d’en faire usage pour mettre à exécution leurs agendas et c’est là un objectif qu’ils sont loin d’atteindre». Faisant observer que «l’Algérie vit une période de redressement de son parcours politique et de développement tout en parachevant son édifice institutionnel à travers l’installation des institutions prévues par la Constitution de novembre 2020», le Bureau du Conseil de la nation a exprimé son «adhésion à la politique visionnaire du président de la République,  Abdelmadjid Tebboune, qui s’inscrit dans le respect de ses engagements électoraux». Le Bureau du Conseil de la nation a salué, en outre, la justesse de l’approche et de la politique suivies par le président de la République qui constituent la force motrice du mouvement d’édification et de développement enclenché par Abdelmadjid Tebboune qui a choisi de faire de l’année 2022, qui coïncide avec la célébration du 60e anniversaire du recouvrement de l’indépendance et de la souveraineté nationale, l’année du véritable décollage de l’économie algérienne de manière à éradiquer l’économie parallèle et parasitaire qui est corollairement liée à ceux qui font de la politique en dehors des cadres légaux et en coulisses. «Ces derniers sont les alliés de ceux qui veulent perturber le processus de renouveau dans lequel s’est engagée l’Algérie et porter atteinte à sa stabilité», ajoute la même source. Tout en insistant sur le fait que l’Algérie, fidèle aux principes authentiques de la Révolution de novembre, résistera face à ses ennemis haineux suppôts du colonisateur d’hier, le Bureau du Conseil de la nation appelle les citoyens à «unifier leurs rangs et à faire prévaloir l’intérêt national afin de contrer les complots et les campagnes hostiles visant les institutions de la République, ses symboles et sa stabilité». Il les exhorte aussi à «ne pas se soumettre aux tenants de l’anarchie et de la sédition qui appellent à occulter la raison et combattent toute logique de redressement et ne pas se soumettre aux parties extérieures qui expriment clairement leur exaspération devant les acquis réalisés par l’Algérie sous la conduite du président de la République». A cette occasion, le Bureau du Conseil de la nation a réitéré le fait que «le destin de l’Algérie nouvelle, sous la conduite de Abdelmadjid Tebboune, sera identique à celui de ses aïeux, les martyrs et les moudjahidine, à savoir le leadership et la gloire». Par ailleurs, à l’occasion de l’avènement de la nouvelle année 2022, le président du Conseil de la nation, Salah Goudjil, a présenté, en son nom personnel et au nom des membres du Conseil, ses vœux «les plus chaleureux» au Président Tebboune, lui formulant ses «sincères vœux de réussite et de succès afin de parachever ses missions nobles et historiques». Il a également présenté ses vœux à «l’Armée nationale populaire, digne héritière de l’Armée de libération nationale, garante de la sécurité et de la sûreté de l’Algérie, ainsi qu’à tous les corps de sécurité, les équipes médicales et paramédicales et tous les personnels du secteur de la santé qui font face à l’épidémie de la Covid-19».

T. Benslimane

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here