Transplantation d’organes à partir de  personnes en état de mort cérébrale:   « Elle  sera prochainement généralisée au niveau national » annonce Miraoui

0
486

 

Le ministre de la Santé, de la Population et de  la Réforme hospitalière Mohamed Miraoui a annoncé, mardi à partir de Blida, la généralisation prochaine, au niveau national, de la transplantation d’organes à partir de personnes en état de mort cérébrale pour pouvoir  répondre à la forte demande dans ce domaine.

« En mars dernier, une transplantation d’organe a été effectuée avec succès à partir d’une personne en état de mort cérébrale, et par conséquent elle  sera prochainement généralisée au niveau national », a déclaré le ministre lors d’une conférence de presse à l’issue de sa visite de travail et d’inspection dans nombre de structures relevant de son secteur dans la  wilaya. Suite à la création de l’Agence nationale de greffe d’organes qui compte 31 antennes au niveau national, « il sera procédé à la mise en place d’un nouveau plan qui répond aux chiffres que nous aspirons à les réaliser dans  le domaine », a-t-il ajouté. M. Miraoui a fait état, dans ce sens, d’une rencontre en septembre prochain avec les responsables de l’Agence pour faire le bilan de cette année et de l’année dernière. Affirmant que le secteur de la santé œuvrera à augmenter le nombre  d’opérations réalisées par toutes les unités de l’Agence à l’échelle national, le ministre a souligné que ce bilan constituera « une feuille de route pour permettre l’amélioration des données en 2020 et avoir un grand nombre de donneurs ». Lors de cette visite, le ministre de la santé a inspecté et inauguré  plusieurs projets et services relevant du secteur, à l’image de la nouvelle succursale de l’Agence nationale de greffe d’organes au Centre hospitalo-universitaire Frantz Fanon, permettant ainsi à cette dernière suivant les explications présentées sur place la numérisation des dossiers des donneurs et des patients au niveau national et de déterminer les  priorités conformément à une liste établie par système électronique. Le ministre a visité le service de santé mentale en présence du procureur général près le tribunal de Blida et du président de ledit tribunal, là où il s’est enquis des conditions d’hébergement des prisonniers malades. Le ministre de la santé a pris connaissance de la fiche technique du projet de réaménagement du centre de chirurgie pédiatrique qui sera abritée  par la clinique M’hamed Yazid (ex Ferroudja) après avoir transféré ses services auparavant à l’hôpital Frantz Fanon. Par ailleurs, le ministre a présidé l’inauguration officielle du Centre hospitalier spécialisé dans la greffe d’organes et des tissus (ex institut du rein). 

Des sanctions contre les parties  à l’origine de pénurie des médicaments

 

Le ministre de la Santé, de la Population et de  la Réforme hospitalière, Mohamed Miraoui s’est engagé, à  prendre des sanctions contre les parties à l’origine de la perturbation et  de la pénurie des médicaments au niveau national. Lors d’une conférence de presse animée à l’issue de sa visite de travail  dans la wilaya de Blida où il a inspecté nombre de structures relevant de son secteur, M. Miraoui a assuré que « des mesures seront prises à  l’encontre des parties à l’origine de la perturbation et de la pénurie de médicaments », ajoutant « je ne tolérerai jamais de telles pratiques ».  Rappelant que ces services ont ouvert une enquête, il a fait savoir que les résultats seront communiqués prochainement, avant de poursuivre « nous  ne pouvons faire un diagnostic précis de la situation tant que les résultats de l’enquête ne sont pas connues ». Par ailleurs, le ministre a annoncé la création, au niveau de son  département, d’une « commission de veille », composée du directeur général de la pharmacie, du syndicat national algérien des pharmaciens d’officines (SNAPO), des distributeurs de médicaments, Conseil national de déontologie  et des producteurs, pour un suivi hebdomadaire de la situation au niveau national. Il a donné également des instructions pour l’installation de cette commission au niveau des wilayas dans le but de mener des visites d’inspection et l’identification des dysfonctionnements dans la chaine de  distribution. Le programme annuel de distribution de médicaments, tracé par le ministère de la Santé, « est suffisant mais nous avons enregistré des perturbations et une pénurie, d’où l’impératif d’identifier les dysfonctionnements dans la chaine de distribution pour les traiter », a déclaré le ministre, ajoutant « avec la collaboration de tous les  partenaires, nous allons connaitre le problème ». 

Yasmina Derbal