Un réseau impliqué dans la contrebande de pièces archéologiques anéanti

0
1010

La section recherche du groupement régional de la Gendarmerie nationale d’Alger, a procédé au démantèlement d’un réseau  de 11 personnes opérant dans les wilayas d’Alger, de Djelfa et de Béjaïa impliqué dans la «contrebande de pièces archéologiques», a-t-on appris ce dimanche à Alger auprès du groupement… «Sur la base d’informations reçues par la Gendarmerie nationale  faisant état de l’existence de personnes qui se livrent au trafic de pièces archéologiques rares, 11 personnes âgées entre 28 et 40 ans ont été appréhendées, a déclaré à la presse la chargée de la communication du groupement régional de la gendarmerie,  le sous-lieutenant Souad Ounis, lors de la présentation des objets saisis dont des pièces archéologiques en métal et des pièces de monnaie de divers volumes. Les personnes arrêtées seront présentées devant le procureur de la République du tribunal de Cheraga pour répondre de plusieurs chefs d’accusation à savoir «association de malfaiteurs et trafic et détention de biens archéologiques». Entre autres objets saisis, figurent également «le mercure (rouge et gris), un appareil de détection de métal et 4 véhicules utilisés par les membres  du réseau pour le transport et le trafic de pièces archéologiques à travers le territoire national». Concernant les délits de trafic de stupéfiants, les unités de la brigade territoriale de la Gendarmerie nationale de Birtouta ont démantelé récemment un réseau criminel spécialisé dans le trafic de drogues et produits psychotropes. Composé de 4 individus dont deux ressortissants africains, le réseau opérait au niveau des quartiers d’Alger, a précisé le chef de la brigade, le commandant Lamine Merrah. Il a ajouté à ce propos, que l’opération s’est soldée par la saisie de 1,5 kg de kif traité au niveau de la commune d’El Mouradia et 111 comprimés psychotropes et une voiture qui servait au transport des stupéfiants outre d’importantes sommes d’argent et des armes blanches. Les accusés seront présentés dès la fin des investigations devant les parties judiciaires compétentes, selon le commandant Merrah.