Une odeur fétide révèle une balle coincée dans le nez d’un patient depuis huit ans

0
256

Un adolescent de 15 ans répandait une odeur nauséabonde à chaque fois qu’il se mouchait. Les médecins ont constaté que sa fosse nasale était obstruée par une balle de calibre 9 millimètres qui s’était progressivement calcifiée.

Une banale congestion nasale peut cacher un cas médical beaucoup plus inattendu. C’est ce qu’ont appris les médecins de l’hôpital de San Antonio au Texas lorsqu’ils ont rencontré un adolescent de 15 ans se plaignant d’avoir le nez bouché. Ce dernier leur décrit de curieux symptômes : outre le nez bouché des deux côtés, il constate une perte d’odorat, des difficultés à respirer ainsi que des troubles de la vision. Les médecins mettent d’abord ces symptômes sur le compte d’une allergie saisonnière et lui prescrivent des antihistaminiques, une solution saline pour se rincer le nez et un spray nasal aux stéroïdes. Il lui est recommandé de consulter dans les quatre à six semaines plus tard. Une odeur âcre et nauséabonde qui envahit la pièce à chaque fois qu’il se mouche Mais ce n’est qu’un an après que l’adolescent se présente à nouveau à l’hôpital.

En plus des symptômes initiaux qui n’ont pas disparu, il se plaint cette fois-ci «d’une odeur âcre et nauséabonde qui envahit la pièce à chaque fois qu’il se mouche». Il explique ne pas sentir lui-même sa mauvaise haleine, mais s’avoue embarrassé par la gêne occasionnée. Les médecins pratiquent une endoscopie nasale, qui ne révèle rien de particulier. Interloqués, ils poursuivent alors leurs investigations avec un scanner et découvrent avec surprise une balle de 9 millimètres logée dans la cavité nasale inférieure gauche. Au fil du temps, ce corps étranger a entraîné une calcification qui a progressivement bouché le nez. «La balle a bloqué le drainage naturel du nez, en raison de l’accumulation de débris et de bactéries dans le mucus», explique à Live Science Dylan Z. Erwin, l’un des médecins ayant décrit le cas de ce patient dans la revue JAMA Otolaryngology–Head & Neck Surgery. C’est sans doute ce qui provoquait aussi l’odeur nauséabonde décrite par le patient lorsqu’il se mouchait. Une balle de pistolet à billes reçue vers l’âge de huit ans Les médecins ont procédé à l’ablation du corps étranger et l’aspiration des tissus calcifiés par endoscopie nasale, puis administré un décongestionnant à l’adolescent, qui s’en est tiré avec quelques saignements de nez. Après discussion, le patient avoue avoir reçu une balle de pistolet à billes «lorsqu’il avait 8 ou 9 ans».

Mais à l’époque, il ne ressentait aucun symptôme et ses parents n’ont pas jugé nécessaire de le faire examiner. Ce n’est que sept ans plus tard, lorsque l’obstruction nasale a commencé à devenir gênante, qu’il s’est décidé à consulter. Cailloux, cacahuètes et allumettes La diversité des objets trouvés par les médecins est sans limite : perles en plastique, cailloux, fragments d’éponge, élastiques, boules de papier, gommes, allumettes, dents de lait, cacahuètes, piles, boutons… Ces dernières sont potentiellement les plus dangereuses car elles peuvent provoquer des brûlures chimiques. Les cas sont d’habitude bénins, l’objet pouvant être retiré à l’aide d’une pince spéciale ou par endoscopie. « L’anesthésie générale est nécessaire lorsqu’un rhinolithe (calcification autour de l’objet) s’est formé ou si le corps étranger a glissé vers l’arrière de la fosse nasale avec un risque d’obstruction des voies respiratoires par inhalation », note le site MSD. Il est en revanche extrêmement rare de rester pendant huit ans avec une balle métallique logée dans le nez. «Il est heureux que la balle n’ait pas entraîné des effets toxiques ou que l’infection ne se soit pas propagée», concluent les médecins de San Antonio.