Visite d’Etat du Président Tebboune en Turquie: Une nouvelle dynamique pour renforcer au mieux les intérêts des deux peuples frères

0
313

La visite d’Etat du président de la République, Abdemadjid Tebboune, en Turquie, à partir de ce dimanche, à l’invitation de son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, constitue une opportunité pour consolider les relations d’amitié historiques entre les deux pays et pour hisser le partenariat à la hauteur des attentes des deux peuples.

La visite de trois jours du Président Tebboune en Turquie, devra permettre de donner un nouvel élan à la coopération bilatérale soutenue par un Traité d’amitié et de coopération, depuis 2006, et de renforcer le partenariat liant les deux pays et poursuivre la concertation politique sur les questions régionales et internationales. Le déplacement du chef de l’Etat à Ankara intervient après une série de visites et de rencontres menées entre les hauts responsables des deux pays, notamment depuis la visite de travail et d’amitié effectuée par le président turc en Algérie les 26 et 27 janvier 2020 juste après l’élection de M. Abdelmadjid Tebboune à la magistrature suprême. Au cours de cette visite, le Président Erdogan avait souligné le «caractère stratégique» des relations entre l’Algérie et la Turquie en réaffirmant la disponibilité de son pays à intensifier les échanges économiques bilatérales, ainsi que la poursuite de la concertation politique sur les questions d’intérêt commun.

En décembre 2021, le Premier ministre Aimene Benabderrahmane avait représenté le Président Abdelmadjid Tebboune aux travaux du 3e sommet Turquie-Afrique tenu à Istanbul, durant lequel il avait été reçu par le Président Erdogan. A l’issue de cette audience, M. Benabderrahmane avait affirmé qu’il avait été chargé de transmettre plusieurs messages au Président Tebboune, notamment une invitation de la part de son homologue turc pour effectuer une visite en Turquie «dans les plus brefs délais». A ce propos, M. Benabderramane avait précisé que la visite du chef de l’Etat en Turquie permettra aux relations stratégiques entre les deux pays de «s’ouvrir sur d’autres perspectives qui seront à la hauteur des attentes des deux peuples algérien et turc».

Intenses visites bilatérales pour consolider la coopération D’autres visites bilatérales aussi importantes ont concerné aussi bien les chefs de la diplomatie des deux pays que des ministres et responsables en charge de divers secteurs d’activités dont ceux de l’Energie et de l’Industrie. Ainsi, les deux pays ont maintenu une intense concertation confortée par la tenue de la 11e commission mixte intergouvernementale de coopération économique, scientifique et technique le 9 novembre 2021, alors que des préparatifs sont en cours pour l’organisation de la première session du Conseil de coopération de haut niveau décidée conjointement par les Présidents Tebboune et Erdogan. Au niveau parlementaire, les assemblées élues des deux pays entretiennent également une large coopération à travers des échanges, des visites réciproques de délégations et de mise en place de groupes d’amitié en vue de renforcer les relations parlementaires et de se concerter sur l’adoption de positions communes concernant les questions d’intérêt commun. A plusieurs occasions, la Turquie, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, avait fait part, de sa volonté de poursuivre la coopération à tous les niveaux avec l’Algérie, notamment sur les questions régionales et internationales dans l’objectif de garantir la sécurité et la stabilité dans l’ensemble de la région.

Cette volonté de travailler en commun s’était matérialisée par la signature de plusieurs accords de partenariat et de coopération ainsi que des mémorandums d’entente dans divers secteurs, notamment l’énergie, l’agriculture, le tourisme, l’enseignement supérieur, la culture, la diplomatie, la santé et les start-up. Au plan économique, le partenariat entre Alger et Ankara se renforce davantage et se développe de façon dynamique, donnant lieu à la tenue de nombreux forums d’affaires réunissant les opérateurs économiques et les chefs d’entreprises, à la croissance du volume d’échanges commerciaux et des projets d’investissements mutuels. L’Algérie est classée aujourd’hui comme le deuxième partenaire commercial de la Turquie en Afrique après l’Egypte et demeure la première destinée en matière d’IDE turcs dans le continent. Tenant compte de la densité de ces échanges et de la coopération tous azimuts, ainsi que d’importantes opportunités disponibles, l’Algérie et la Turquie aspirent à hisser leurs relations au rang d’excellence et à œuvrer ensemble pour répondre aux besoins du marché local, mais aussi aux attentes des marchés de la région et africains en mettant à profit l’Accord sur la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF).

Le partenariat économique entre l’Algérie et la Turquie en constante évolution Le partenariat économique entre l’Algérie et la Turquie ne cesse d’évoluer, se distinguant par la réalisation et l’engagement de projets communs dans divers secteurs d’activité ainsi que par un volume des échanges en constante évolution, avec plus de 4 milliards de dollars en 2021. L’Algérie, qui ne comptait en 2000 que sept entreprises turques, se place aujourd’hui au 7e rang des pays dans lesquels la Turquie investit le plus dans le monde et la première en Afrique. Les investissements directs turcs en Algérie ont atteint près de 5 milliards de dollars et ont généré quelque 30 000 postes d’emploi, selon des données officielles turques.

Ces investissements ont été réalisés notamment dans les secteurs de l’acier et du fer, du textile, des produits chimiques et d’entretien, des produits pharmaceutiques et agro-alimentaires. Il s’agit, notamment, du complexe sidérurgique TOSYALI, implanté à Oran, investi dans la production du rond à béton, du fil machine et des tubes en spirale et prochainement dans l’acier plat, ainsi que du complexe intégré des métiers de textile du groupe «Tayal» de Sidi Khettab à Relizane. Au total, le nombre d’entreprises turques présentes en Algérie a atteint les 1400 englobant divers secteurs dont la construction, le bâtiment, les travaux publics, l’industrie, l’agriculture, la distribution et les technologies de communication, ainsi que le transport maritime et aérien.

La valeur totale des projets gérés par les entrepreneurs turcs en Algérie est d’environ de 20 milliards de dollars. En 2021, le volume des échanges commerciaux entre les deux pays a atteint, selon les statistiques du ministère du Commerce et de la promotion des exportations, les 4,2 milliards de dollars. Les exportations de l’Algérie vers la Turquie ont atteint la valeur de 2,5 milliards de dollars tandis que les importations ont été de l’ordre de 1,7 milliard de dollars.

Les exportations sont composées, à plus de 90%, de produits énergétiques, tels que le gaz naturel liquéfié (GNL), le pétrole brut et le gaz naturel. Pour les exportations turques vers l’Algérie, elles sont constituées de véhicules de transport, de pièces de rechange, de produits de fer et d’acier, d’outils et pièces de machines, de produits textiles, d’habillements non-tissés, d’outillage, d’appareils de télévision et de communication, de métaux non ferreux, de céréales et leurs dérivés, ainsi que d’emballages de papier-carton et plastique. Depuis 2013, la compagnie aérienne Turkish Airlines effectue des vols réguliers en Algérie desservant la capitale et les villes d’Oran et de Constantine. Dans le domaine énergétique, les deux pays avaient renouvelé en 2020 le contrat permettant à l’Algérie d’approvisionner la Turquie en GNL jusqu’à 2024, faisant de l’Algérie le premier fournisseur de GNL à la Turquie et le 4e fournisseur de gaz de pétrole liquéfié (GPLc). En outre, le partenariat entre le groupe Sonatrach et la société turque Renaissance porte sur la réalisation d’un complexe pétrochimique de production de propylène et de polypropylène (PDH-PP) dans la ville turque de Ceyhan.

H. M. / Ag.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here